Canne et Bâton | Bâton

FESTIVAL DES ARTS MARTIAUX

 

affiche-festival-des-arts-martiaux-nord-europe

Voici un montage réalisé lors du Festival des Arts Martiaux Nord Europe, festival international produit par Karaté Bushido. L’ASCA a eu l’honneur d’y présenter deux assauts en bâton français (école ASCA) et double bâton.

Le principe est simple, pas de protection sur deux combats en musique (seule contrainte > respecter le temps imposé par la musique !). L’équipe de démonstration est composée de Marc Moretti, Hervé Thouroude, Quentin Lauthier et Frédéric Morin.

 

 

Publié dans Asca Renseignements, Bâton, TV, Presse, radio, Vidéo bâton français, Vidéo double bâton, Videos. Commentaires fermés sur FESTIVAL DES ARTS MARTIAUX

Bâton français – Bâton

On utilise un morceau de bois plus grand que la canne et qui doit être saisi à deux mains (au niveau taille, 1,4 mètre et pour le poids, entre 450 g et 500g). Il n’existe pas d’assaut en bâton à proprement parler, mais plutôt des « échanges », en effet, même avec des protections, ce sport reste relativement dangereux. La beauté du geste et le réalisme des coups permet d’avoir une approche atypique du maniement du bâton.

LES COUPS :

Aux six coups de base de canne (donnés cette fois à deux mains sur les mêmes surfaces), s’ajoutent des coups « coulissés » et des piqués. D’autres coups sont possibles bien entendu, mais sorte un peu de la stricte codification sportive.

Il n’y a pas, en bâton français, de trajectoires obliques, trajectoires dangereuses et difficiles à parer : notre approche est plus axée sur la beauté du geste, que son efficacité pure. Le principe de respect des trajectoires permet de sécuriser la pratique dans le cadre d’un échange entre deux bâtonnistes.

Plusieurs pratiques revendiquent l’appellation « bâton français ». Il y a la pratique héritée de Charlemont « l’art de la Boxe Française et de la canne, nouveau traité théorique et pratique » (1899), dans lequel il parle un peu du bâton en précisant que les techniques sont les mêmes que celles de la canne, mais à deux mains…

Ensuite, on trouve certainement la méthode la plus utilisée à l’époque « L’école de Joinville » (on parle parfois de « bâton de Joinville »). Là, l’enseignement du bâton était institutionnalisé et constituait l’un des éléments d’enseignement de « gymnastique française ».  Il y a d’autres méthodes, plus proches de la self défense qui ont découlé de cette école Joinville mais cela reste anecdotique.

Aujourd’hui, après quelques approches intermédiaires à ces deux grands courants, on parle de bâton « méthode fédérale » concernant l’ensemble de techniques validées par la fédération française de savate et disciplines associées (dont le Comité National de Canne de Combat fait partie), méthode essentiellement liée à la codification de la canne de compétition par Maurice Sarry, dans la fin des années 1970 et axée sur l’opposition avec un partenaire (ce que nous appelons aussi « échange »).

A l’ASCA, nous avons choisi de nous appuyer principalement sur l’approche initiale de Maurice Sarry, en développant un style particulier du bâton français à la fois exigeant techniquement, esthétiquement et sportivement. Cette approche « méthode ASCA » ou « école ASCA » est reconnue comme l’une des plus exigeantes et techniques dans le domaine du bâton français.

Cette merveilleuse discipline commence à bénéficier d’un certain éclairage médiatique mais beaucoup de travail reste à faire car les atouts sont indéniables : que ce soit au niveau de la préservation d’un patrimoine historique liée de longue date à la pratique des armes en Europe mais également par rapport à son approche purement technique et ludique. Il existe très peu de spécialistes de cette arme majeure, en France, et par conséquence, assez peu de clubs sportifs qui proposent l’enseignement du bâton.

La pratique du bâton français a beaucoup évolué ces dernières années, depuis le travail de codification de  Maurice Sarry ainsi qu’à l’appropriation et la découverte de nouveaux éléments techniques associés. L’ASCA, en 2017, consacre 8 heures de cours par semaine à la pratique du bâton et bénéficie d’une position de tout premier ordre au niveau du développement d’une école de bâtonnistes exigeants et complets. Un très grand nombre d’élèves bâtonnistes continuent de découvrir cette formidable discipline et désormais plusieurs enseignants poursuivent cette recherche de l’excellence à nos côtés. Le bâton français a été présenté, par les bâtonnistes de l’ASCA lors de différentes éditions du prestigieux Festival des Arts Martiaux de Bercy (AH ARENA), ainsi qu’au tout premier Festival des Arts Martiaux Nord Europe de 2015.

La recherche de l’optimisation des gestes, du travail du poids « corps + bâton » apparaît comme un élément essentiel en bâton, tel que nous l’enseignons au sein de l’ASCA. Les déplacements induits par le bâton et les distances de frappes sont également des points importants dans une étude approfondie du maniement du bâton.

Désormais, l’approche du bâton par l’ASCA peut être abordée sur trois axes :

– la manipulation

– la recherche des sensations (travail du poids du bâton, de l’espace…)

– l’échange (avec un partenaire)

Selon nous, c’est la cohésion de ces trois axes, le travail homogène de ces trois notions qui permet au bâtonniste de développer sa pratique, en fonction de ses propres capacités et de sa personnalité. Ici, on cherchera la souplesse, l’esthétique et la précision des gestes, tout en restant tourné vers une pratique ludique d’opposition, notamment au travers des échanges avec un partenaire. Bien entendu, plus le niveau de pratique augmente, plus les bâtonnistes pourront aborder les notions d’assaut maîtrisés. Notre objectif est de ne pas laisser beaucoup de place à l’improvisation, mais plutôt d’essayer de maîtriser son corps et son arme.

De la même façon, depuis plus de 15 ans maintenant, l’ASCA a créé une nouvelle discipline, le double bâton, c’est à dire le maniement de deux bâtons à la fois. Là encore, un travail pragmatique accès sur les sensations des bâtons dans l’espace et une grande préparation physique sont nécessaires !

Le bâton français est un sport très riche est bien sûr adapté à un très large public de pratiquants, que ce soit pour ses qualités sportives, ludiques ou artistiques, mais surtout pour la possibilité de travailler l’aspect technique lié à l’arme et à la maîtrise de l’ensemble « corps+arme ».

Le bâton est en train de retrouver ses lettres de noblesses en relation avec le patrimoine culturel et sportif qu’il véhicule, en Europe ainsi qu’au niveau international.

 

Frédéric Morin
Professeur BE Bâton Canne

Président ASCA PARIS

Note: crédits photos Benjamin Bechet

Publié dans Bâton, Le bâton français. Commentaire (0)

Stage de bâton français

Nous étions finalement 44 participants lors du stage de bâton français organisé ce 24 juin et je tiens à remercier tous les stagiaires pour leur assiduité et leur sérieux, ainsi que tous les acteurs de l’ASCA qui ont permis à cet événement d’être un succès (je pense notamment à toute la gestion de la logistique, de l’accueil et de l’intendance > thks special à Odile, Sophie, Guillaume, Annick, Hervé, Emilie et Mathieu). Merci également aux enseignants qui ont assuré les relais pédagogiques  lors des nombreux modules et échanges (Quentin, Marco, Denis, Yves). Merci à notre photographe officiel, Hervé 🙂

Les 3 mois de préparation ont permis de respecter à la minute prés le déroulement de cette journée; merci à toute l’équipe d’organisation pour ce résultat 😉

De nombreux clubs ont fait le déplacement pour participer à ce stage, venant de loin et se levant tôt pour être à nos côtés (balèzes les gars !!), certains ayant même des emplois du temps particulièrement chargé avant le stage ou après ! A ma connaissance, ce stage était le premier, de cette importance, à être organisé, autour du bâton français. La mobilisation des clubs a été importante et je vous remercie chaleureusement pour votre engagement !

Comme cela était indiqué dans le programme, le matin était consacré aux initiations avec un rythme progressif proposé à nos débutants et débutantes…en espérant que cela aura créé quelques vocations 🙂

L’après midi, d’autres stagiaires nous ont rejoints pour la partie « perfectionnement » et j’espère que vous aurez tous trouvé de quoi alimenter votre curiosité. L’idée étant de vous proposer des clefs permettant d’avancer un peu plus loin dans la pratique.

J’espère que vous aurez tous eu autant de plaisir que moi à partager cette passion qu’est le bâton français, en vous remerciant pour votre écoute et votre participation active et bienveillante !

Frédéric Morin

 

 

Crédits photos : Hervé Thouroude – ASCA Paris

Publié dans Bâton, Le bâton français. Commentaires fermés sur Stage de bâton français

Exigence technique en bâton

La précision au bâton français

Suite à différentes discussions, lors des cours, je vous propose d’approfondir un peu ce sujet en prenant quelques axes d’approches.

Les pieds :
Pour éviter les mouvements parasites qui peuvent entraîner des repositionnements des mains, des déséquilibres en cas d’accélération, des erreurs de placements… le bâtonniste doit veiller à positionner ses pieds correctement. Le pied avant est directionnel et le pied arrière légèrement en retrait à 45°. Lors des déplacements, il n’y a pas de croisements sauf si ces mouvements sont voulus et non subis. Nous travaillons parfois des mouvements de « l’homme saoul » avec des déplacements à base de croisements de pieds et de mini chutes. L’objectif est d’utiliser ces déséquilibres pour lancer le bâton avec une forte inertie. La difficulté, alors, est de corriger les trajectoires pour que le coup soit valide… Cette technique est très consommatrice d’énergie et d’attention afin de ne pas blesser le partenaire, ni se blesser soi-même !

La touche :
La précision en bâton peut également être abordée sous l’angle du travail de la touche, à distance. La codification précise que la touche peut se faire avec le quart supérieur, ou parfois le tiers supérieur du bâton…nous travaillons essentiellement avec le bout du bâton, sur des touches au dernier centimètre ! A ce niveau, le moindre mouvement du corps peut ou non influencer le résultat !

De mon point de vue, l’apprentissage du bâton français dépasse largement le cadre de la codification technique, car il s’appuie avant tout sur la recherche des meilleurs mouvements à effectuer pour que l’ensemble corps-bâton s’intègre au mieux dans l’espace (dans un cadre « codifié »). Il faut sans cesse être à l’écoute du poids du bâton. Cette notion est particulièrement difficile à appréhender, car là, peu importe le mouvement associé. Il s’agit de sentir le poids du bâton et d’utiliser son corps pour toujours sentir les points d’équilibre et jouer avec, sur place ou en déplacement. Les caractéristiques du bâtons, sa taille, sa forme, sa matière, le fait qu’il soit tenu à deux mains exerçant une pression plus ou moins forte avec les doigts sur l’arme, le type de mouvement exécuté tout participe à la recherche du mouvement optimum.

Le bâtonniste doit ne faire qu’un avec son arme et cela passe par une découverte préalable de tout ce que l’on peut faire avec, dans l’espace, sans contrainte. La codification va ensuite structurer la pratique, la coordonner. Il faut également avoir en tête le fait que si l’on veut pratiquer longtemps, il faut savoir s’économiser, faire attention à ses placements, ne pas forcer sur les articulations par exemple, faire attention aux effets de leviers qui sont importants lorsque l’on tient le bâton à bout de bras… Il faut rester éveillé, présent, mobilisé même dans la décontraction, rester vigilant, car l’arme reste dangereuse. Bien entendu, le respect de l’intégrité physique, dans notre sport, est une priorité et donc, tous les mouvements doivent rechercher une sorte d’harmonie corporelle. La fluidité (que nous avons abordée récemment) et le relâchement sont des axes à privilégier de mon point de vue, afin de gagner en « efficacité » corporelle.

 

Frédéric Morin

Professeur canne de combat et bâton français

Publié dans Bâton, Le coin technique. Commentaires fermés sur Exigence technique en bâton

DIALOGUE – le film

Nous sommes très heureux de vous annoncer la mise en ligne du film « DIALOGUE », réalisé par Damien Serban sur une idée originale d’Hervé Thouroude – Bâtonnistes : Quentin Lauthier et Frédéric Morin 🙂

Nous avons bénéficié de l’aide amicale de Jérémy Lejeune qui a pu mettre à notre disposition un lieu parfait pour les prises de vue (la Base de Loisir de Créteil) et je tiens, une nouvelle fois, à l’en remercier.

Ce projet est l’aboutissement de plusieurs mois de préparation, de travail et de création en étroite collaboration avec Damien et Hervé. Merci 🙂

Je tiens également à préciser que les combats filmés sont tous improvisés et du coup, un gros merci à Quentin Lauthier 😉

Bon visionnage à tous et toutes.

Si ça vous plaît…merci de faire un petit tour sur notre facebook 🙂

 

Pour l’ASCA PARIS

Frédéric Morin

Publié dans Asca Renseignements, Bâton, TV, Presse, radio, Vidéo bâton français, Videos. Commentaires fermés sur DIALOGUE – le film

Programme du stage de bâton français – 240617

Et voici le programme du stage de bâton.

N’oubliez pas de vous inscrire avant le 16 juin ici !

Publié dans Bâton, Le bâton français. Commentaires fermés sur Programme du stage de bâton français – 240617

Stage de bâton français, samedi 24 juin 2017

Le stage de bâton français, organisé par l’ASCA

Ce stage permettra à tous les curieux et amoureux de notre discipline d’expérimenter ainsi que de se perfectionner ou tout simplement partager, pendant une journée, leur expérience du bâton français appelé aussi bâton fédéral. Ce stage est ouvert aux membres de l’UFOLEP mais aussi aux licenciés CNCCB.

Déjà 40 inscrits ! N’hésitez pas (notamment pour découvrir ce sport >> initiations le matin)

Lien pour les inscriptions : il suffit de remplir le questionnaire 🙂 

 

Le stage se déroulera au GYMNASE ALAIN MIMOUN à PARIS 12, métro Ligne 8 – Porte Dorée.

Stage de bâton ASCA PARIS

Planning

Voici le programme de la journée  :

  •  9h00 à 12h00 : Initiation
  • 12h00 à 13h00 : Déjeuner
  • 13h00 à 14h00 : Echanges
  • 14h00 à 16h00 : Perfectionnement
  • 16h00 à 16h30 : Pause
  • 16h30 à 17h30 : Perfectionnement ++
  • 17h30 à 18h00 : Conclusion

Organisation

  • Ce stage de bâton français est ouvert à tous les pratiquants de canne et bâton (UFOLEP et CNCCB) à titre gratuit; pour les autres pratiquants de sport de combat et arts martiaux intéressés et pour les personnes « extérieures » (hors UFOLEP et FFSBF/CNCCB), une contribution sera demandée (15 E + 5 euros d’assurance)

 

  • Assurance

En dehors des membres de l’ASCA, nous demanderons une participation aux frais d’assurance (5 euros par personne).

 

  • Déjeuner :

Merci de prévoir votre déjeuner (car trop d’inscriptions pour les plateaux repas).

Enfin, pour les personnes « extérieures » (hors UFOLEP et FFSBF CNCCB), nous demanderons une participation supplémentaire de 15 euros aux frais de stage.

Publié dans Asca Renseignements, Bâton, Le bâton français, Vie du club. Commentaires fermés sur Stage de bâton français, samedi 24 juin 2017

Bâton de l’homme saoûl

Des appuis dans le déséquilibre

Je voudrais noter quelques points techniques à ce sujet, car cette approche, en bâton français, est peu connue (et l’occasion fait le larron).

Alors, oui, nous n’avons rien inventé (je le précise) et je sais très bien qu’il existe de nombreuses disciplines de combat qui ont une approche identique (boxe de l’homme ivre par exemple, pour ne parler que de l’extraordinaire approche chinoise de ce sujet). Plus modestement, ici nous parlons de bâton français pratiqué « comme si » le (ou la) bâtonniste était saoul (e).

En bâton (comme en canne d’ailleurs), nous avons l’habitude d’enseigner majoritairement des déplacements sans croisement de pieds. Ici, nous travaillons essentiellement les croisements de pieds ! Le but étant de trouver des déséquilibres issus de croisements de pieds (pour aider le corps à « tomber »). Le bâtonniste doit ainsi chercher à utiliser l’inertie générée par le déséquilibre pour préparer un coup. Ce qui est assez compliqué (en dehors du fait de ne pas tomber vraiment) est de pouvoir utiliser des mouvements aléatoires pour armer correctement les coups. Car autant le déplacement doit paraître chaotique, autant les règles restent les mêmes : je dois armer mon coup avant de le développer. Ainsi, la distance de l’arme et le corps peut apporter une contrainte supplémentaire d’inertie (plus l’arme est tenue proche du corps, moins l’influence cinématique est importante > en terme de poids j’entends).

Le bâtonniste qui exécute cette « technique » doit littéralement chalouper tout en conservant sa maîtrise au niveau de la touche (et de la sécurité d’ailleurs). La touche doit se faire de manière extrêmement stable en respectant tous les critères de validité et d’équilibre du corps (ce point est essentiel). La technique de l’homme saoul, en bâton, permet donc de travailler relâchement extrême et précision du geste (et du corps). Cela demande beaucoup d’énergie et c’est un travail assez fatigant (nerveusement et physiquement). Mais, de mon point de vue, c’est une des approches les plus difficiles à exécuter en bâton français, que l’on soit débutant ou plus expérimenté.

 

Frédéric Morin

Professeur canne de combat et bâton français

Publié dans Bâton, Le coin technique. Commentaires fermés sur Bâton de l’homme saoûl

advert

L ASCA sur Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2017 (toutes les 6 semaines) de 18H30 à 22H00 – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~
Tous les renseignements sont ici

Evénements

  • Sam 26/5/2018: Stage annuel ASCA 2018