Canne et Bâton | Divers

L’ASCA présente le bâton français et la canne de combat au 33ème Festival des Arts Martiaux AccorHotels Arena

 

Publié dans Presentation. Commentaires fermés sur L’ASCA présente le bâton français et la canne de combat au 33ème Festival des Arts Martiaux AccorHotels Arena

La rose couverte en canne de combat

En 1852, le poète et romancier Théophile GAUTIER (1811-1872) publie sous le titre « Italia » un récit de voyage en Italie. Il nous conte, p. 437-439, une anecdote survenue à Bologne, concernant un guide insistant dont Gautier et son ami refusent les services. Pour s’en débarrasser, il faut avoir recours à la canne…

« Après le dîner, nous sortîmes ; une espèce de drôle à face blafarde et grasse, avec une moustache en brosse à dents, des breloques en similor et une redingote à brandebourgs (…), se mit à emboîter notre pas et nous suivit, bien que nous changeassions d’allure et de direction à chaque instant pour le dépister.

Ennuyé de ce manège, nous lui dîmes qu’il choisît un autre chemin, et ceci d’une façon assez brutale, le prenant pour un mouchard ; mais il déclara qu’il ne nous quitterait pas, sa prétention et son droit étant de servir de guide aux voyageurs. Or, en cette qualité nous lui appartenions, et il nous trouvait indélicats de nous soustraire à la redevance qu’il prélevait sur eux. Nous étions des voleurs qui lui retirions le pain de la bouche et lui prenions son argent de poche (…).

Il voulait nous mener à la diligence, dont la lanterne brillait à deux pas devant nous, et nous conduire à la rue des galeries, dans laquelle nous étions. Nous n’avions jamais vu faquin plus obstiné et plus stupidement opiniâtre. Après les jurons les plus énergiques et les « Va-t-en à tous les diables » les mieux accentués de notre part, il recommençait ses propositions comme si nous n’avions rien dit, prétendant que nous nous égarerions infailliblement, et qu’il ne le souffrirait pour rien au monde.

 

Nous vîmes alors qu’il fallait employer les grands moyens. Nous nous reculâmes de quelques pas, et provoquant mentalement le souvenir de Lecour, notre professeur de bâton et de savate, nous nous mîmes à exécuter cette belle arabesque de canne qui ferait envie au caporal Trimm pour la complication de ses noeuds et de ses volutes, et qu’on appelle la « rose couverte » en termes de l’art.

Quand le gredin vit le jonc flamboyer comme un éclair et l’entendit siffler comme une couleuvre à trois pouces de son nez et de ses oreilles, il se recula en grommelant et en disant qu’il n’était pas naturel que des voyageurs convenables refusassent les services d’un guide instruit et prévenant, qui démontrait Bologne à la grande satisfaction des Anglais.

Le remords de ne pas lui avoir fracassé le crâne nous revient quelquefois dans nos nuits sans sommeil ; mais peut-être nous eût-on tracassé pour cette bonne action et fait payer cette citrouille comme une tête. Nous demandons pardon aux voyageurs qu’il a pu ennuyer depuis de ne pas l’avoir assommé. C’est une négligence que nous réparerons, si jamais nous repassons par Bologne. »

Ce texte est extrait de la 2e édition d’Italia (1855), consultable sur Google.livres. Il l’est aussi sur Gallica.

Théophile Gautier a déjà été cité sur ce blog comme canniste et bâtonniste, élève de Lecour. Voir les articles du 23 juillet 2010 : Maître de chausson et bâtonniste, par Théophile Gautier (1842) et du 23 mars 2011 : Les frères Lecourt vus par Théophile Gautier (1847) .

 

Cet article a été rédigé par Laurent Bastard, sur le site du CRCB.ORG (avec leur aimable autorisation)

Publié dans Centre de Recherche. Commentaires fermés sur La rose couverte en canne de combat

Photos tutoriel

Photos réalisées par Hervé Thouroude (crédits photos) pour le projet Tutoriel ASCA 2011

Publié dans Divers, Florilège, Photos, Tutoriel. Commentaires fermés sur Photos tutoriel

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Publié dans Centre de Recherche. Commentaire (0)

Fabrication

Les étapes de fabrication d’une canne en châtaignier

Cet article provient du site Cannes et Bâtons, avec l’accord de son concepteur, Monsieur Jean Olivier Bourbon, que nous remercions.

ETAPE 1- LE CHOIX DU BOIS

Si l’on veut une canne avec un fût bien droit, il faut utiliser des rejets de châtaigniers.

Dans les châtaigneraies entretenues, à la base des souches des arbres coupés, poussent des rejets rectilignes cherchant à retrouver la lumière au dessus de la canopée.

Le bois doit être en sève, car la sève a un rôle primordial dans le formage et le maintien en forme de la canne.

La récolte du bois a donc lieu des premiers bourgeons à la fin de la chute des feuilles.

Une fois coupé, le rejet ne doit pas être gardé plus d’une semaine trempé dans l’eau.

ETAPE 2 : LA CHAUFFE

Le rejet est chauffé à cœur avec son écorce sur un feu intense.

Cette chauffe a trois objectifs :

d’abord de ramollir les fibres pour pouvoir plier la canne, ensuite que l’écorce, qui empêche le bois de brûler, puisse se retirer facilement, enfin que la sève se transforme, après refroidissement et séchage, en une dure résine qui maintiendra la canne en forme malgré la moiteur de la main sur l’anse de la canne ou l’humidité ambiante.

La chauffe est terminée lorsque le rejet est brûlant, mais non brûlé, et que la sève s’échappe sous forme de vapeur.

ETAPE 3 : LA MISE AU BANC DE FORMAGE

Le banc est en chêne, en hêtre ou en châtaignier.

La table a entre 2,5 et 5 cm d’épaisseur pour supporter les tensions générées par le formage.

Au quart d’un des deux bouts de la table est fixé le moyeu (amovible et de taille modifiable) autour duquel est tournée la canne pour faire l’anse.

Une pige principale maintien le rejet à son extrémité la plus grosse.

Le rejet est positionné en forme contrariée, c’est à dire que le rejet sera plié dans le sens contraire de sa légère courbure naturelle.

ETAPE 4 : LE FORMAGE DE LA CANNE

Le rejet est plié progressivement par traction sur le fût de la future canne.

Traction à la fois perpendiculaire mais aussi longitudinale pour étirer les fibres du bois.

Au fur et à mesure du formage sont enfichées dans le banc des piges d’environ 1,5 cms de diamètre pour maintenir la canne en flexion.

ETAPE 5 : CERCLAGE DE LA CANNE

Une fois la forme complètement réalisée sur le banc, et la canne bloquée par les différentes piges, il s’agit de la cercler.

Mais avant cette étape il faut dégager sur le banc l’écorce de la partie externe de l’anse.

Ceci rendra les étapes suivantes plus faciles à réaliser. Une saignée dans le banc, sous l’anse de la canne, permet de passer une corde de sisal d’environ 70 cm de longueur.

L’anse de la canne est ligaturée par un double nœud droit de la manière la moins lâche possible.

ETAPE 6 : LIBERATION DU BANC

En retirant les piges une à une depuis l’extrémité la plus fine de la canne, la corde de cerclage va se tendre et l’anse s’ouvrir un peu.

La canne peut être retirée du banc.

Pour redonner à l’anse la forme originale sur le banc, et éviter que la corde de sisal ne marque le bois en sèchant, il faut placer deux cales demi-rondes entre la corde et le bois de chaque coté de l’anse.

Des chutes de rejets de châtaignier fendus en deux conviennent parfaitement.

ETAPE 7 : EPLUCHAGE DE L’ECORCE

Si le fût de la canne n’a pas été chauffé en même temps que l’anse, il est utile de mettre cette partie sur le feu pour retirer plus facilement l’écorce.

Cela permet aussi éventuellement de corriger à chaud la courbure du fût de la canne.

Le premier aubier qui se trouve sous l’écorce prend une teinte rouge violacée par phénomène d’oxydation à l’air.

ETAPE 8 : RETRAIT DU PREMIER AUBIER

Le premier aubier est spongieux et fibreux.

Il n’apporte rien à la solidité de la canne, et ne permet pas de lui donner un aspect lisse et brillant à la finition.

Le premier aubier a une épaisseur de quelques dizièmes de millimètres.

Il est retiré en raclant la canne avec un couteau dans le sens des fibres.

ETAPE 9 : SECHAGE DE LA CANNE

Le séchage dure de 3 semaines à 1 mois et demi.

La canne est pendue dans un endroit sec à température ambiante uniforme.

Il ne faut pas la pendre près d’une source de chaleur qui la ferait se courber en fonction de la différence de température entre la face proche de la source de chaleur et l’autre côté.

Elle est accrochée par le milieu du lien de l’anse de façon à maintenir le fût le plus verticalement possible.

La canne est sèche lorsque le lien devient lâche, et que les cales sont prêtes à tomber par manque de tension de la corde.

En effet la canne, en séchant, va perdre 30% de son poids, et 20% de son diamètre, mais gagner en solidité…

ETAPE 10 : PONCAGE

Après avoir retiré le lien, les restes d’écorce et d’aubier, il faut aplanir les nœuds du bois avec une râpe.

Un premier passage au papier de verre gros grains permet d’avoir l’aspect général de la canne avant finition avec des papiers de verre de plus en plus fin.

ETAPE 11 : TEINTURE

La couleur finale de la canne tient compte de trois facteurs : le type de bois utilisé, la teinture, le cirage.

La base de teinture utilisée est le brou de noix plus ou moins dilué.

Le brou de noix non dilué donnera un ton « chêne rustique ».

Sans teinture, la canne cirée aura un ton allant de « pin blanc » à « noyer » selon la cire utilisée.

Il est toujours possible de corriger la teinte en passant une éponge humide pour l’éclaircir, ou en passant une autre couche de teinture pour la foncer.

ETAPE 12 : PASSAGE A LA PAILLE DE FER

Il faut utiliser une paille de fer « 00 » pour éliminer les barbes du bois qui auront été soulevées par la mise en teinture.

Même sans mise en teinture, le passage en paille de fer est utile pour avoir une canne lisse et brillante.

La canne est frottée dans le sens des fibres du bois.

ETAPE 13 : CIRAGE

De nombreuses cires dites « d’antiquaire » existent.

Il est possible de créer sa propre cire teintée à partir de cire neutre et de pigments colorés pour obtenir des cannes de toutes couleurs pastelles.

Le vernis est peu recommandé pour les cannes qui n’ont pas encore suffisamment vieillies.

Elles doivent encore pouvoir respirer pour se stabiliser.

ETAPE 14 : LUSTRAGE

Le lustrage est fait avec un chiffon de laine.

Si l’aspect n’est pas suffisamment concluant, il suffit de recommencer la 12ème et la 13ème étape.

Etapes complémentaires

La mise à hauteur pour son futur propriétaire

Pour couper la canne à la bonne hauteur, il faut mettre la canne, anse en bas, posée par terre, et couper le fût au niveau de la ceinture de son futur propriétaire. Il vaut mieux couper la canne trop grande que trop petite. Il est plus facile de la raccourcir… que de la rallonger !

La pose d’une ferrure

Pour une canne souvent utilisée, il peut être utile de protéger l’embout de la canne par un cerclage. La façon la plus simple est d’utiliser un morceau de tube de cuivre, laiton, ou acier de 12 millimètres de long, et du diamètre du bout de la canne. Un trou percé à 4 millimètres d’un des deux bouts du tuyau permettra de maintenir la ferrure en place avec une petite pointe courte à tête plate ou ronde. Le cerclage est posé en force après avoir amainci le bout de la canne sur 11 millimètres.

La sculpture de la canne

Elle se fait à la 10ème étape. Gouges, râpes, scalpels, cutters, lames de scie à métaux sont les principaux outils nécessaires.

Publié dans Fabriquer sa canne. Commentaires fermés sur Fabrication

JEDI vs CANNISTE / BATONNISTE

Suite à plusieurs e-mails reçus je voulais apporter une précision concernant le fait que l’ASCA ne dispense pas des cours de sabre laser… mais propose bien des cours de canne de combat et de bâton français !
Pour les néophytes, voici des pistes pour s’y retrouver :

Cliquer pour agrandir : 

Publié dans Divers. Commentaires fermés sur JEDI vs CANNISTE / BATONNISTE

Centre de Recherche Canne et Bâton

Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, littéraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…Plus de 1000 articles composent déjà cette bibliothèque. Aujourd’hui, ce blog est animé par Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage de Tours. Laurent contribue à la vitalité du site aidé par de nombreux contributeurs. Merci !

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • PAUSE ESTIVALE 15 juillet 2018
    Chers lecteurs et contributeurs, Nous prenons quelques semaines de pause en vous donnant rendez-vous fin août pour de nouvelles publications. Pour tout renseignement ou si vous souhaitez nous proposer des articles, vous pouvez écrire à l’adresse contact@crcb.org ! Frédéric Morin
  • LE BATON DE TCHOUANG-TSEU 12 juillet 2018
    Les saints et sages de toutes les civilisations sont toujours représentés un bâton à la main. La gravure ci-jointe représente Tchouang-tseu, grande figure du taoïsme qui vécut (si son existence est bien réelle) durant la deuxième moitié du IVe siècle avant J.-C. Philosophe, poète, métaphysicien, il est considéré comme l’un des grands penseurs taoïstes et [.. […]
  • BATONS DES JONGLEURS CHINOIS AUX XVIIe ET XVIIIe SIECLES 9 juillet 2018
    L’art du jonglage (on devrait dire « jonglerie ») est très ancien. Il se décline en plusieurs spécialités et il nous intéresse dans sa relation avec le bâton. Nous l’avons évoqué par l’article Les tours de Paul Cinquevalli, qui fut l’un des artistes les plus renommés de la fin du XIXe siècle. Cet art, qui […]
  • L’EVEQUE WULSTAN FAIT DE LA RESISTANCE AVEC SON BATON 6 juillet 2018
    La conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, et son accession au trône en 1066 sous le nom de Guillaume Ier, entraînèrent une profonde transformation des institutions anglo-saxonnes. Les évêques, nommés par le pouvoir royal, furent démis de leurs fonctions les uns après les autres. Sauf un : Wulfstan, évêque de Worcester. Il témoigna […]
  • LA PLUS ANCIENNE IMAGE DE RIXE DE COMPAGNONS (1699) 3 juillet 2018
    Alors que les rixes entre sociétés compagnonniques rivales ou irrégulières sont connues dès le XVIIe siècle au moins, et que les archives policières et judiciaires renferment des centaines de dossiers à ce sujet jusqu’au milieu du XIXe siècle, leurs représentations par l’image sont rares. Ce n’est pas le pan d’histoire le plus glorieux du Compagnonnage […]
  • BATON POUR RECOLTER LES FRUITS EN SUISSE 30 juin 2018
    Gauler des fruits, c’est les faire tomber au sol en frappant les branches où ils sont accrochés. On utilise pour ce faire un long bâton, une gaule. Nous avons déjà évoqué l’emploi de ce bâton dans l’article : La gaule à abattre les pommes, noix, châtaignes et amandes. En voici une autre illustration, extraite du […]
  • LE BATON DE SAINT BERNARD REPOUSSE L’INCUBE 27 juin 2018
    Dans l’un des épisodes de sa vie, Saint Bernard de Clairvaux (1091ou 1091 – 1163) intervient avec un bâton pour repousser un démon incube (c’est-à-dire qui prend l’apparence d’un homme, alors qu’un succube prend celle d’une femme). Il existe des versions légèrement différentes de cet épisode. Dans la « Légende dorée » de Jacques de […]
  • QUERELLE DE CROSSES A L’ABBAYE DE SOLESMES 24 juin 2018
    L’abbaye de Solesmes, près de Sablé, dans la Sarthe, est aujourd’hui connue pour sa pratique du chant grégorien. Cette abbaye de bénédictins connut un déclin à la Révolution, fut vendue, utilisée à différents usages, puis achetée en 1833 par dom Gueranger. Il y installa des novices et en 1837 il y rétablit l’ordre de saint […]
  • UN BATON POUR L’ETE 21 juin 2018
    Le retour de l’été annonce celui des balades ou des randonnées sous le soleil, ou les excursions en montagne. Un bâton (ou deux) de marche sera indispensable pour supporter la fatigue, écarter les fourrés et cueillir des mûres, taper le sol pour éloigner les vipères, etc. Eventuellement, comme sur la gravure ci-jointe, on pourra le […]
  • SAINT GREGOIRE ARRETE LA CRUE AVEC SON BATON 17 juin 2018
    Saint Grégoire le Thaumaturge (c’est-à-dire qui opère des miracles et notamment des guérisons) naquit en 214 à Néocésarée (aujourd’hui Niksar, en Turquie) et y mourut évêque vers 274 (fête le 17 novembre). Parmi ses nombreux miracles figure celui où intervient son bâton, capable d’arrêter un fleuve en crue ! Voici ce qui figure dans une […]
  • BAGUETTE ET BOUGIES SERPENTIFORMES 14 juin 2018
    Nous avons déjà évoqué les rapprochements qui ont été établis jadis entre le serpent et le bâton, aussi bien dans la mythologie grecque (Esculape et Hermès et leur bâton autour duquel s’entortille un ou deux serpents) ou le récit biblique d’Aaron jetant un bâton au pied du pharaon, qui se transforme en serpent. Sans qu’il […]
  • LE BATON DE COMMANDEMENT DES COMPAGNONS ALLEMANDS 11 juin 2018
    Il n’y a pas qu’en France qu’il existe des associations de compagnons de métiers. En Allemagne et en Suisse, au Danemark et dans les pays scandinaves, et autrefois dans toute l’Europe orientale, jusqu’en Pologne, Roumanie, dans l’ancienne Yougoslavie, existent ou ont existé des associations de compagnons de divers métiers : des charpentiers, tailleurs de pie […]
  • LA CANNE A PECHE 8 juin 2018
    Ce court article ne prétend pas décrire par le menu toutes les variétés et les matériaux modernes employés pour fabriquer des cannes à pêche, mais simplement rapporter un extrait de la revue « Le Magasin pittoresque » de janvier 1874, p. 15, qui indique comment en fabriquer une soi-même. On y lit notamment que l’on […]
  • LES POMMES DE CANNE DE M. BESICHE (1899) – 2 5 juin 2018
    Voici la fin de l’histoire d’une grande jeune fille, Georgette Besiche, fille d’un sculpteur de pommes de cannes, qui rencontre Antonin Valgamay, clerc de notaire de petite taille. « Mme Besiche se trouvait avec Georgette au magasin, lorsqu’un petit homme tourna le bouton, entra en se confondant en politesses, et, se frottant les mains, sans […]
  • LES POMMES DE CANNE DE M. BESICHE (1899) – 1 2 juin 2018
    Dans « Le Magasin pittoresque » du 15 août, 1er et 15 septembre, 1er et 15 octobre et 1er novembre 1899, se trouve une nouvelle signée d’A . LARIVIERE intitulée « L’atavisme ». C’est l’histoire d’un couple de Pont-sur-Oise, les Besiche, dont la fille, Georgette, n’en finit pas de grandir. La mère s’en inquiète (avec […]

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

Brevet de Maître

Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Publié dans Centre de Recherche. Commentaire (0)

advert

Présentation ASCA Paris – Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~

Stages de CANNE CROSSE
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)

Tous les renseignements sont ici

Evénements

  • Sam 8/9/2018: Forum des Associations PARIS 11
  • Lun 10/9/2018: Démarrage de la saison 2018-2019