Canne et Bâton | Centre de Recherche

Centre de Recherche Canne et Bâton

Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, littéraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…Plus de 1000 articles composent déjà cette bibliothèque. Aujourd’hui, ce blog est animé par Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage de Tours. Laurent contribue à la vitalité du site aidé par de nombreux contributeurs. Merci !

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • « THESEE ET L’AMAZONE » 22 octobre 2017
    C’est lors d’une promenade dans les jardins du Château des Pères, à Piré-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine), que nous avons pu admirer cette splendide sculpture contemporaine. Intitulée « Thésée et l’amazone », elle est l’œuvre de l’artiste Christophe Charbonnel et a été créée en 2015 en résine et poudre de fer. Elle était exposée du 24 juin au […]
  • DE PRECIEUX SCEPTRES CHINOIS 19 octobre 2017
    Nous avons déjà rencontré ce type de sceptres dans l’article Les jou-y chinois. Voici un complément extrait de l’hebdomadaire « Le Monde illustré » n° 202 du 23 février 1861, p. 128, qu’on lit dans l’article « Exposition des présents offerts à Leurs Majestés par l’armée expéditionnaire de Chine » : « Nous venons de […]
  • LA FETE DU DERNIER BINOT EN 1861 16 octobre 2017
    Le fléau n’est rien d’autre qu’un bâton en deux parties articulées par un lien de cuir. Il était employé pour battre le blé et aussi pour battre le sarrasin, afin de détacher les grains des épis et des sommités à graines. Nous l’avons évoqué à différentes reprises et notamment dans l’article Le fléau : un […]
  • LA YAIZICO, DANSE DES BATONS BASQUES 13 octobre 2017
    C’est dans le journal hebdomadaire « Le Monde illustré » du 28 septembre 1861 que figure cette gravure. Elle n’est pas accompagnée d’un article, mais seulement de cette légende : « Danses nationales de France. – La Yaizico, danse des bâtons, exécutée par les Basques le jour de leur fête, le 15 septembre. (d’après un […]
  • LES NOCES DU ROI DE LA CANNE ? 10 octobre 2017
    Voilà une carte postale de 1927 qui ne cesse de nous interpeller. Elle est ainsi légendée : « Eymeux et St-Lattier (Isère) : Noce à la campagne du Roi de la Canne (le 28 mai 1927) ». Nous n’avons pas réussi à savoir de quoi il s’agissait. Qu’était donc en 1927 ce « roi de […]
  • COUPS DE BAMBOU EN CHINE EN 1845 7 octobre 2017
    Dans l’article Le mandarin, les petits bâtons et le pan tse, ont été décrites en détail les sanctions infligées avec un bâton après jugement, dans l’ancienne Chine. En voici une autre attestation, extraite de « La Chine ouverte », par OLD NICK (pseudonyme de Emile DAURAND FORGUES), en 1845, p. 209. « Rien de plus […]
  • LES FILS DE CAIN PAR PAUL LANDOWSKI (1903 ) 4 octobre 2017
    Nous complétons aujourd’hui les deux articles sur les statues de porteurs de canne (A Montréal, la statue de J.Mc Gill avec sa canne et Louis XIV au Château-d’Oléron) par une nouvelle oeuvre. Il s’agit d’un groupe de trois personnages en bronze créés par le sculpteur Paul LANDOWSKI. On peut l’admirer à Paris, dans le 1er […]
  • QUAND CHARLEMONT FILS DEFENDAIT LA BOXE FRANCAISE – 2 1 octobre 2017
    Voici la fin de l’article de janvier 1906 publié dans « Lectures pour tous », intitulé « Jiu-jitsu ou boxe française », où Charlemont fils, professeur de boxe française, énonce ses arguments en faveur de sa discipline. « OU LES PLUS FAIBLES SONT LES PLUS FORTS. « La boxe est donc un exercice hygiénique, mais […]
  • QUAND CHARLEMONT FILS DEFENDAIT LA BOXE FRANCAISE – 1 28 septembre 2017
    Dans un précédent article (La canne dans La Vie au grand air – 1906) nous avons signalé que le succès du jiu-jitsu comme technique d’auto-défense avait suscité de vigoureuses réactions de la part des adeptes de la canne et du bâton. C’est que le 20 octobre 1905, à Paris, un nommé Ernest REGNIER – dit […]
  • LA CANNE DANS « LA VIE AU GRAND AIR » (1906) – 2 25 septembre 2017
    Voici la suite de l’article de la revue « La Vie au grand air », du 9 février 1906, p. 114, où l’auteur défend la canne comme instrument d’auto-défense supérieur à la nouvelle technique du jiu-jitsu. « Ici, les vêtements gênent, c’est vrai, mais ils ne paralysent pas complétement, et c’est déjà beaucoup. Cette théorie […]
  • LA CANNE DANS « LA VIE AU GRAND AIR » (1906) – 1 22 septembre 2017
    La revue « La Vie au grand air », fondée en 1898 par le journaliste sportif Pierre LAFFITTE, connut un grand succès jusqu’en 1914 grâce à ses nombreuses photos de cyclistes et autres sportifs. Elle fut interrompue par la guerre, reparut en 1916 puis disparut en 1922. Dans son numéro du 9 février 1906, un […]
  • LE MARECHAL LEFEBVRE TRACE SON TOMBEAU AVEC SA CANNE (1819) 19 septembre 2017
    François Joseph LEFEBVRE (1755-1820) fut l’un des plus vaillants soldats de la Révolution puis de l’Empire. Napoléon le fit maréchal d’Empire en 1804, titre confirmé en maréchal de France, en 1816, par le roi Louis XVIII. Un an avant sa mort, le 11 novembre 1819, il se rendit au cimetière du Père-Lachaise et y traça […]
  • UNE CANNE TRANSFORMEE EN BATON DE MARECHAL (1639) 16 septembre 2017
    Charles de la PORTE (1602-1664) fut un grand chef de guerre couvert d’honneurs et dont les fonctions et les titres étaient nombreux : lieutenant général de Bretagne, gouverneur de Nantes, grand maître de l’artillerie de France, lieutenant général des armées du roi, surintendant des Finances, pair de France… Il possédait un immense domaine près de […]
  • Paris 1924 – Paris 2024 ! 13 septembre 2017
    Tout comme en 1924, Paris accueillera les Jeux Olympiques en 2024 ! Croisons les doigts pour que la canne de combat (sport de combat français) et le bâton français (sport de combat / art martial français) soient de nouveau présentés ! Comme l’écrivait Laurent Bastard, dans l’article publié sur le crcb, le 4 janvier 2017 […]
  • BAGUETTES PORTE-POISSONS A MUNICH – 2 13 septembre 2017
    Dans l’article sur les Baguettes porte-poissons à Munich en 1906 nous avions donné une photo de médiocre qualité du dispositif utilisé par les marchands de poissons pour les présenter sur la fête de la bière à Munich. Nous nous demandions de quels poissons il s’agissait. La réponse figure dans la revue « Lectures pour tous […]

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

Brevet de Maître

Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

Musée du Compagnonnage – Compléments d’informations

Pour les amoureux de notre patrimoine, voici quelques informations complémentaires communiquées par Monsieur Bastard (directeur du Musée).

VILLE DE TOURS Musée du Compagnonnage

Histoire, Coutumes, Chefs-d’œuvre et Outils des Compagnons du Tour de France

Tél. 02.47.61.07.93 Fax 02.47.21.68.90

museecompagnonnage@ville-tours.fr

 

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)


advert

L ASCA sur Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2017 (toutes les 6 semaines) de 18H30 à 22H00 – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~
Tous les renseignements sont ici

Evénements

  • Sam 26/5/2018: Stage annuel ASCA 2018