Canne et Bâton | Centre de Recherche

Brevet de Maître

Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

Centre de Recherche Canne et Bâton

Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • BATON TROMPE-L’ŒIL PAR RAPHAEL (1511) 17 février 2017
    La technique du trompe-l’œil a été étudiée en profondeur par Miriam MILMAN dans son livre « Les illusions de la réalité : le trompe-l’œil » (Genève, Skira, 1992). Elle montre que si cette technique s’apparente souvent à un véritable tour de force de la part des peintres, elle n’a pas qu’une fonction décorative et d’illusion […]
  • « AVEC CELA ON N’A PEUR DE PERSONNE » 14 février 2017
    Petite occurrence littéraire sur le bâton en tant que moyen de défense, encore au début du XXe siècle. Il s’agit d’une nouvelle de Jean de NIVELLE, pseudonyme de Charles Alfred CANIVET, né à Valognes (Manche) en 1839, y décédé en 1911. Cet auteur, journaliste, poète et romancier, publiait sous son pseudonyme dans la revue « […]
  • BAGUETTE DE FOURREUR 11 février 2017
    Dans l’article Le bâton à battre les tapis, nous avons rappelé que durant longtemps, le seul moyen utilisé pour se débarrasser des parasites des tissus et des fourrures avait été une simple baguette. Puis sont apparus les insecticides. Les fourreurs se servaient d’une baguette pour en frapper les peaux et en faire sortir les insectes, […]
  • « ILS LEVAIENT LEUR BATON POUDREUX SUR MOI » 8 février 2017
    Le romancier et feuilletonniste Emmanuel GONZALES (1815-1887) publia en 1838 son roman « Les Mémoires d’un ange », longue histoire à rebondissements, pleine de grands sentiments, d’injustices, de vertus humiliées, où finit par triompher la justice. Le roman fut à nouveau publié en 186Y-1868, en feuilleton, dans le « Journal de la semaine ». Le numéro 794 du […]
  • BAGUETTE DE MARCHAND D’OISEAUX EN INDE 5 février 2017
    Nous avons montré dans l’article La baguette du marchand d’oiseaux que cet accessoire servait à la présentation des petits oiseaux chanteurs ou apprivoisés. L’article concernait les marchands parisiens de la fin du XIXe siècle. Or, il est toujours intéressant de constater que certains accessoires se retrouvent à des milliers de km de là et servent […]
  • LA CANNE SUR L’ESTAMPE DE « PERIGORD COEUR FIDELE » (1866) 2 février 2017
    La canne, attribut majeur des compagnons du tour de France, est souvent représentée sur les lithographies qu’ils ont éditées au cours du XIXe siècle. On la voit dans les mains de compagnons en pied, ou cheminant sur le tour, ou encore posée en croix avec une autre, pour accomplir le rite de la « guilbrette ». Mais […]
  • LE BATON DU PAUVRE PITRE (1886) 30 janvier 2017
    C’est dans la revue « Le Magasin pittoresque » d’avril 1886, p. 105, que nous avons découvert cette gravure légendée : « Sur la dune. Peinture par G.-A. Jacquin ». Cet artiste, né en 1851 et mort en 1932, est surtout connu pour ses céramiques émaillées et ses gravures. Cette peinture, regravée pour sa publication, n’est référencée nulle part […]
  • BATON A TESTER LA CUISSON DU SUCRE 27 janvier 2017
    Dans un petit volume intitulé « Nos menus pour chaque semaine de l’année » (sans date, vers 1920), nous avons trouvé mention d’un bâton destiné à vérifier le degré de cuisson du sucre. L’auteur commence par décrire la méthode pour clarifier le sucre « pour en extraire tout le noir » (c’était encore le temps des sucres purifiés au […]
  • BATONS DE PORTEURS D’ALGER (1843) 24 janvier 2017
    Dans l’article La canne du Maure percepteur (1843) nous signalions l’un des nombreux reportages publiés après la conquête de l’Algérie par la France en 1830, qui fut publié dans « Le Magasin pittoresque » de décembre 1843. Ce reportage est consacré aux métiers d’Alger et y figure aussi la description de deux porteurs de cannes ou bâtons […]
  • LA CANNE DU MAURE PERCEPTEUR (1843) 20 janvier 2017
    A partir de 1830 et jusqu’en 1847, la France conquit l’Algérie au terme de nombreux combats. La presse d’alors rendit compte de ces épisodes militaires mais réalisa aussi des reportages sur les us et coutumes des peuples vivant sur ce territoire. C’est ainsi que la revue « Le Magasin pittoresque » consacra pluseurs numéros à décrire leur […]
  • La Tour Eiffel en bâton scout des scouts français ? 17 janvier 2017
    Pour terminer cette série d’articles proposés par Mathieu Guerry (que nous remercions une nouvelle fois), la Tour Eiffel ! Lorsque Baden-Powell se rend compte que sa pédagogie du scoutisme se répand partout autour du monde il décide de permettre à tous ces jeunes du monde entier de se rencontrer régulièrement. Ainsi il organise tous les […]
  • Le bâton fourchu des Routiers-Scouts 13 janvier 2017
    Baden-Powell, fonde avec le scoutisme une méthode pédagogique basée sur le campisme et la vie en autonomie des adolescents. Il décide de scinder en trois branches son scoutisme, chaque branche correspondant à un âge et à un apprentissage particulier : - Les louveteaux (8-12 ans) essaient de faire « de leur mieux » et apprennent […]
  • La pratique du combat à la canne et au bâton dans le scoutisme anglo-saxon (Royaume-Uni, Etats-Unis, Australie) 10 janvier 2017
    Dès les débuts du scoutisme (1908-1909) Baden-Powell expliquait la grande utilité du bâton. Dans les usages qu’il en faisait dans son livre Scouting for boys, il assurait que c’était une arme à la fois redoutable et pratique. Ainsi les premiers boy-scouts, non seulement disposaient durant leurs activités de staff en bois mais utilisaient ceux-ci lors […]
  • Le staff : le bâton des boy-scouts 7 janvier 2017
    En 1907 le général Baden-Powell, ancien officier de l’armée britannique, invente le scoutisme en réunissant des adolescents fortunés (venus des pensionnats d’Eton ou de Charterhouse) et des jeunes défavorisés de la banlieue londonienne (Boy’s Brigades venus de Poole et de Bournemouth) lors du Camp de Brownsea. Son souhait était de transmettre le goût de la [ […]
  • LA CANNE AUX J.O. DE 1924 ? 4 janvier 2017
    Dans son article en guise de poisson d’avril Jeux Olympiques : la canne en 2020 ! Frédéric MORIN écrivait : « Rappelons la présentation faite lors des Jeux en 1924″. C’est sans doute à cette occasion que le fabricant d’apéritif « Saint-Raphaël Quinquina » édita une série d’images sur les sports représentés aux VIIIe Jeux Olympiques de Paris, […]

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

Musée du Compagnonnage – Compléments d’informations

Pour les amoureux de notre patrimoine, voici quelques informations complémentaires communiquées par Monsieur Bastard (directeur du Musée).

VILLE DE TOURS Musée du Compagnonnage

Histoire, Coutumes, Chefs-d’œuvre et Outils des Compagnons du Tour de France

Tél. 02.47.61.07.93 Fax 02.47.21.68.90

museecompagnonnage@ville-tours.fr

 

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Publié dans Centre de Recherche, Divers. Commentaire (0)


advert

L ASCA sur Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
---------------------------------
- Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
- Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
- Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d'ASSAUT (canne et bâton)
---------------------------------
- Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
---------------------------------
- Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
- Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
- Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
---------------------------------
- Dès novembre 2016 (toutes les 6 semaines) de 18H30 à 22H00 - Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~
Tous les renseignements sont ici)

Evénements

  • Lun 20/2/2017: ASCA RELOADED - séance 2
  • Sam 22/4/2017: Stage annuel de l'ASCA