Tag Archive | "CRCB"

La canne et le bâton dans l’histoire


La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Centre de Recherche Canne et Bâton


Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, littéraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…Plus de 1000 articles composent déjà cette bibliothèque. Aujourd’hui, ce blog est animé par Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage de Tours. Laurent contribue à la vitalité du site aidé par de nombreux contributeurs. Merci !

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • LES PREMIERES FEMMES POLICIERES RECOIVENT LEUR BATON 27 mai 2018
    On est toujours surpris de lire des épisodes du temps passé présentés comme des évènements extraordinaires, voire insolites ou anormaux, alors que plus personne n’y prête attention aujourd’hui. Ainsi, il y a 110 ans, dans la revue « Lectures pour tous » d’avril 1909, dans l’article « Où les femmes font l’ouvrage des hommes », […]
  • BOBINES A OMBRES POLITIQUES 24 mai 2018
    Sous la Révolution et la Restauration certains propriétaires de cannes à pommeaux en bois tourné savaient discrètement révéler leurs opinions politiques (en faveur du roi Louis XVI ou de Napoléon) en projetant leur ombre sur un mur. On y distinguait alors la silhouette du roi ou de l’empereur. Voir les articles : Jeux d’ombre des […]
  • UN BREVET DE PREVOT DE BATON DE 1879 21 mai 2018
    L’un de nos correspondants nous a adressé une photographie de l’un des brevets de sa collection et, en le remerciant, nous avons plaisir à le présenter ici. Il s’agit d’un brevet de Prévôt de Bâton lithographié, qui a été délivré à Chambéry (Savoie) le 22 juin 1879, à un nommé DANIAU, soldat du 97e régiment […]
  • PETITS PEN-BAZ DEVIENDRONT GRANDS ! 19 mai 2018
    A l’occasion de la Fête de la Bretagne, nous saluons nos amis Bretons avec cette sympathique carte postale en couleurs du début du XXe siècle. Ces quatre petits Bretons en costume traditionnel ont déjà à la main leur redoutable pen-baz pour se défendre ou se battre entre copains, histoire de se faire les muscles et […]
  • MARI TROMPE ET CANNE PLOMBEE, PAR MAUPASSANT (1889) 18 mai 2018
    Parmi les nombreuses nouvelles de Guy de MAUPASSANT (1850-1893) figure « Un soir », qui fut publiée en 1889, d’abord dans « L’Illustration » puis dans le recueil « La Main gauche ». Le narrateur rencontre à Bougie un ancien camarade d’études, Trémoulin, qui lui raconte sa vie matrimoniale. Sa jolie femme et lui, établis […]
  • BATON DE SORCIER AFRICAIN 14 mai 2018
    Nous avons déjà signalé la possession d’un bâton comme symbole de l’autorité des sorciers d’Afrique noire (voir l’article : Bâton du devin zoulou). Voici une autre illustration de cette sorte de bâton, figurant dans la revue « Lectures pour tous », n° de mars 1901, dans un article intitulé « Six mois chez les Anthropophages […]
  • UNE BAGUETTE SACREE : LE GOHEI DES JAPONAIS 11 mai 2018
    Les gohéi sont définis par André BELLESSORT dans l’article « La religion d’un peuple heureux » (Lectures pour tous, janvier 1901, p. 355-364), comme des « fuseaux de bambou d’où retombent symétriquement des zigzags de dentelles en papier ». Il explique que dans les temples japonais on « n’expose d’autres emblèmes de la divinité qu’un […]
  • BOURDON DE PELERIN A ORLEANS 8 mai 2018
    On sait toute l’importance que revêt le bourdon pour les pèlerins de Saint-Jacques : bâton de marche mais aussi emblème de leur statut. Il figure sur un vitrail de la chapelle Saint-Jacques, dans les jardins de l’hôtel Renaissance dit « Groslot », à Orléans (Loiret). Entouré de 14 coquilles, il est placé verticalement au centre […]
  • Quand les cannes servaient à piquer les fesses des dames ! 5 mai 2018
    Voici un article proposé par Mathieu Guerry que nous remercions très chaleureusement pour cette contribution ! Au début du XIXème siècle, plus précisément entre décembre 1819 et janvier 1820 une légende urbaine va grossir dans les rues de Paris et des grandes villes de France… Celle des « piqueurs de fesses » ! Concrètement l’affaire […]
  • « CHACUN PORTE SA MAROTTE » 2 mai 2018
    Cette expression ancienne a fait place à celle-ci : « A chacun sa marotte ». La marotte était l’attribut des fous du Moyen Age et de la Renaissance, qui portaient un bâton muni d’une tête ridicule ornée de grelots, sorte de sceptre parodique. Voir l’article : Un sceptre parodique : la marotte des fous. La […]
  • LE BATON DU BERGER ADAM 28 avril 2018
    La gravure qui illustre cet article figure dans la revue « Le Magasin pittoresque » de février 1877, p. 41-42. Elle accompagne un article sur « Le père Adam ». Voici en quels termes l’intéressé est décrit : « L’originale figure du vieux berger m’apparaît aussi distinctement qu’autrefois ; je le vois toujours debout sur […]
  • SCEPTRE DE PRETRE THIBETAIN EN 1830 25 avril 2018
    On peut hésiter à ranger l’instrument tenu par le prêtre bouddhiste de la gravure dans la catégorie des bâtons. C’est par assimilation aux vrais bâtons de bois, d’une certaine longueur, et parce qu’il est présenté comme une sorte de sceptre, que nous le signalons. Il est connu par un article de la revue « Le […]
  • QU’EST-CE QU’UNE CANNE DE CONGE ? 22 avril 2018
    Il existe des mots dont le sens est obscur. Ainsi, en lisant un article sur « La mer et les marins, les cafés maritimes », paru dans la revue « Le Musée des familles » d’août 1845, p. 321-327, par G. de la Landelle, nous avons lu ce qui suit. L’auteur décrit le quartier du […]
  • « LE REPOS » PAR BERVIC (1783) 19 avril 2018
    Le thème de l’homme (ou la femme) qui se repose assis ou couché, accompagné de son bâton de marche, se décline de deux façons. Une série d’œuvres montrent le marcheur ou le berger couché, endormi près de son bâton posé près de lui ; il en est ainsi de la gravure de Gavarni que nous […]
  • LA CANNE DE PAIN-AU-LAIT PAR ELISEE RECLUS (1861) 16 avril 2018
    Jacques ELISEE RECLUS (1830-1905) fut un géographe français mais aussi un militant anarchiste, engagé durant la Commune. Il publia de nombreux livres et articles qui font encore de lui une référence en matière d’étude des peuples. De 1855 à 1857 il projeta de s’installer en Nouvelle-Grenade comme planteur, mais renonça à ce projet, faute de […]

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)

Brevet de Maître


Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Musée du Compagnonnage – Compléments d’informations


Pour les amoureux de notre patrimoine, voici quelques informations complémentaires communiquées par Monsieur Bastard (directeur du Musée).

VILLE DE TOURS Musée du Compagnonnage

Histoire, Coutumes, Chefs-d’œuvre et Outils des Compagnons du Tour de France

Tél. 02.47.61.07.93 Fax 02.47.21.68.90

museecompagnonnage@ville-tours.fr

 

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)


advert

L ASCA sur Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–22H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2017 (toutes les 6 semaines) de 18H30 à 22H00 – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~
Tous les renseignements sont ici

Evénements

  • Lun 18/6/2018: Stage de canne fouet