Tag Archive | "CRCB"

La canne et le bâton dans l’histoire


La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Centre de Recherche Canne et Bâton


Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, littéraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…Plus de 1000 articles composent déjà cette bibliothèque. Aujourd’hui, ce blog est animé par Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage de Tours. Laurent contribue à la vitalité du site aidé par de nombreux contributeurs. Merci !

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • L’ORANG-OUTANG DE FLOURENS 16 novembre 2018
    Pierre FLOURENS (1794-1867) fut un illustre médecin et biologiste qui succéda à Cuvier au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Il résidait au Jardin des Plantes et possédait un orang-outang apprivoisé. C’était un animal attachant et Flourens s’amusait de ses talents d’imitateur. Voici une scène rapportée par Ernest MENAULT dans « L’Intelligence des animaux […]
  • « YES WE CANNE » 12 novembre 2018
    Tout le monde connaît le célèbre slogan de Barack Obama : « Yes we can ! ». Il l’aurait imaginé avec sa femme Michelle en 2004, alors qu’il briguait le poste de sénateur de l’Illinois et largement repris durant la campagne présidentielle de 2008. Un bon slogan, une bonne formule, est souvent détournée ou parodiée […]
  • LA CANNE DE SAINT JACQUES A COMPOSTELLE 8 novembre 2018
    Quelques personnes intéressées par les traditions compagnonniques ont relevé un détail troublant sur le portique ou porche de la Gloire, à la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, en Galice (Espagne). Edifié au XIIe siècle, ce portique comporte plusieurs statues de saints. Comme elles sont très claires, j’emprunte à Louis Bonnaud, qui présida la Fédéra […]
  • SCEPTRE ET MAIN DE JUSTICE DE CHARLES LE CHAUVE 4 novembre 2018
    Charles dit « le Chauve » (823-877) fut un des petits-fils de Charlemagne qui se partagèrent l’empire en 843. On lit dans « La Mosaïque, nouveau Magasin pittoresque universel », n° 47 de 1837, un passage relatif aux attributs de son pouvoir : « Charles, pendant son règne, s’était rendu souvent à l’abbaye de Saint-Denis […]
  • LA COCHE DE BOULANGER (SUITE) 31 octobre 2018
    Nous avons signalé l’emploi des baguettes utilisées autrefois par les boulangers, qu’ils entaillaient à chaque livraison de pain chez leurs clients, ceux-ci conservant une moitié du bâtonnet fendu et encoché. C’était un moyen de comptabiliser les quantités fournies à crédit. Lorsque la baguette (de bois, pas de pain) était complétement entaillée, il fallait […]
  • LA HALLEBARDE EN VERS DU SUISSE DE PARIS 27 octobre 2018
    A plusieurs reprises a été évoquée la haute canne et grosse pomme des suisses d’église. Mais il ne faut pas oublier l’autre de leurs insignes, à savoir la hallebarde. Tous ne la portaient pas mais nombreuses sont les gravures où elle figure. Il ne s’agit plus d’un bâton au sens propre puisqu’il est pourvu d’un […]
  • SCEPTRE DES ROIS MEROVINGIENS 23 octobre 2018
    Le sceptre, insigne du pouvoir royal, a présenté diverses longueurs et ornements selon les monarques, les époques et les civilisations. Les rois mérovingiens en ont possédé un. Cette dynastie, qui règne sur une partie de l’Europe du Ve au VIIIe siècle, de Childéric Ier à Childéric III, fut détrônée par Pépin III le Bref en […]
  • « LES DOIGTS CRISPES SUR LE BATON NOUEUX » (E. BIZEAU) 19 octobre 2018
    Il y a des personnages qui sont indissociablement attachés à un bâton. On ne les imaginerait pas sans ce soutien : les vagabonds, mendiants et autres chemineaux, les pèlerins, les compagnons du tour de France, les excursionnistes et promeneurs, et en général tous ceux qui marchent. En voici un exemple, tiré du recueil de poèmes […]
  • LE BATON NOIR DES EXEMPTS DE POLICE 15 octobre 2018
    C’est en lisant un ouvrage de 1817 intitulé « Paris, Versailles et les provinces au dix-huitième siècle, anecdotes (…) par un ancien officier aux gardes-françaises » que nous avons découvert le récit d’un vol survenu à Paris à la fin du XVIIIe siècle. Une dame de province se trouvait au théâtre devant la Reine et […]
  • CANNE DE TAMBOUR-MAJOR ITALIEN AU 18e SIECLE 11 octobre 2018
    Voici la seconde des reproductions grand format, en couleur, trouvée sur une brocante, dont nous avons parlé dans l’article précédent. Celle-ci est légendée : « TAMBOUR-MAJOR ITALIEN 18e SIECLE. Régiment d’infanterie de la Garde, créé par Charles-Emmanuel, duc de Savoie, en 1664. » Il s’agit de Charles-Emmanuel II (1634-1675), duc de Savoie et prince du [... […]
  • CANNE DE TAMBOUR-MAJOR ECOSSAIS EN 1815 7 octobre 2018
    C’est en chinant sur une brocante que nous avons découvert deux reproductions de tambours-majors parmi d’autres images grand format, en couleur, issus probablement de revues sur l’armée des années 1960-1980. Voici la première, qui représente, nous dit la légende de l’image, un « TAMBOUR-MAJOR ECOSSAIS 1815. Le nom de ce régiment « Black Watch » […]
  • DUEL A COUPS DE FOUET CHEZ LES KORDOFANS 3 octobre 2018
    Bien que le fouet ne soit ni une canne ni un bâton, on a vu qu’il était souvent fabriqué ou vendu dans les boutiques spécialisées dans ces objets. L’article qui suit montre aussi que le fouet pouvait servir à l’occasion d’instrument de duel. L’hebdomadaire « Le Monde illustré » du 17 juillet 1858 consacre un […]
  • UN BREVET DE MAITRE DE BATON D’ARRAS (1837) 30 septembre 2018
    L’un de nos correspondants nous a communiqué la photographie de l’un des brevets de sa collection et nous l’en remercions vivement. Ce beau document calligraphié comporte les mentions suivantes : BREVET DE MAITRE. En haut, à gauche, dans un cercle : Gloire à Dieu / Prudence / Honneur aux arts / Courage Au centre : […]
  • LA CANNE DES COMPAGNONS ALLEMANDS 27 septembre 2018
    Au-delà du Rhin, en Allemagne, existent depuis le XVe siècle au moins des associations de compagnons de divers métiers. Comme les compagnons français, ils voyagent et font leur tour d’Allemagne. Ils ont toujours été de grands voyageurs, qui parcouraient autrefois toute l’Europe de l’Ouest jusqu’aux confins de la Russie. On en trouve des témoignages (enseigne […]
  • LE SCEPTRE DU DIABLE BEHEMOTH 24 septembre 2018
    Dans l’Apocalypse de saint Jean, au chapitre XIII, il est question de la venue, à la fin des temps, de deux bêtes. L’une vient de la mer et correspond au Léviathan de l’Ancien Testament, l’autre vient de la terre et correspond à Béhémoth. Ce dernier est décrit ainsi : « 11.Puis je vis monter de […]

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)

Brevet de Maître


Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Musée du Compagnonnage – Compléments d’informations


Pour les amoureux de notre patrimoine, voici quelques informations complémentaires communiquées par Monsieur Bastard (directeur du Musée).

VILLE DE TOURS Musée du Compagnonnage

Histoire, Coutumes, Chefs-d’œuvre et Outils des Compagnons du Tour de France

Tél. 02.47.61.07.93 Fax 02.47.21.68.90

museecompagnonnage@ville-tours.fr

 

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)


advert

Présentation ASCA Paris – Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~

Stages de CANNE CROSSE
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)

Tous les renseignements sont ici