Tag Archive | "CRCB"

La canne et le bâton dans l’histoire


La canne et le bâton dans l’histoire

La canne et le bâton ont depuis longtemps une place particulière auprès de l’homme. Cela est vrai dans beaucoup de pays, mais aussi et peut être surtout, en France. La canne est un instrument d’appui, de défense ou encore de parade, un instrument de jeu, sans parler de l’objet d’ornement vestimentaire quand elle est manufacturée.

Le bâton n’a pas forcément la même vertu sociale et apparaît plutôt comme un instrument utile (diriger un troupeau avec la houlette du berger, marcher avec le bourdon du pèlerin, porter…). Selon les époques, les zones géographiques, le type de végétation, on trouvera des similitudes entre les bâtons, le principe étant de s’appuyer sur une expérience orale transmise par une famille, un clan ou une corporation.

Ainsi on choisira le cornouiller sanguin (bois dense noueux, très résistant et utilisé pour confectionner des manches d’outil), le frêne (clair, élastique et dur utilisé pour les manches de pioches), le houx (blanchâtre, lourd et très dur), le noisetier (ou coudrier, souple et assez résistant), le châtaignier (bois résistant, souple, léger, absorbant très bien les chocs)…

En terme de combat de canne et de bâton (ou gourdin), peu de sources techniques existent avant le 14ème siècle. Les premiers traités datent de la fin du Moyen Age, époque à partir de laquelle le bâton est souvent associé au maniement de l’épée (à deux mains)

Note : Traité écrit par Hanko Doebringer en 1389. Au 15ème siècle, le Flos Duellatorum de Fiore de’ Liberi(dont une rare planche avec un combattant tenant 2 gourdins !) , le Gladatoria (anonyme) et le manuscrit d’Ambras attribué au maître Tahloffer (1459) présentent des gravures de combattants maniant le bâton (ou la lance).

Les écoles allemandes et par la suite italiennes et espagnoles, pour l’escrime notamment, placeront les bases des combats armés pour très longtemps. Mais il est vrai que la canne n’a que peu de place dans la vie féodale. A la renaissance par contre, la canne, la canne à système ou la sarbacane (importée des Amériques pour envoyer billets et dragées aux dames) restait dans les mains des nobles, des courtisans, des rois tandis que le bâton accompagnait manants, rustres et voyageurs. Les différents Edits d’interdiction de duels à l’épée ont certainement permis l’utilisation palliative des cannes pour régler les conflits…

Au 19ème siècle, la présence de la canne (en tant qu’arme et complément vestimentaire) se développe particulièrement. Les matériaux les plus divers sont désormais utilisés (ivoire, corne de Rhinocéros, jonc, rotang, bambou, bois de fer …).

Paris comprend alors beaucoup d’Académies de Boxe, dans lesquelles les professeurs enseignaient la boxe française (savate), mais aussi la canne (d’une longueur de 96 cm, 3 cm de diamètre et pour un poids de 530 g pour certaines cannes en cornouiller). Il est clair que dans ces conditions, la moindre manipulation à base de moulinets devenait particulièrement dévastatrice. Non loin du Boulevard du Crime on retrouvait les prouesses sportives de combattants professionnels qui maîtrisaient lutte, savate et canne, selon la distance. Certains spécialistes étaient capables de donner 80 coups en moins de 15 secondes ! ( )

Note : C’était le cas du célèbre Lecour. A retenir également les fameux Leboucher, Vigneron, Larribeau, Charlemont…. Au niveau du bâton, les combats entre Sociétés rivales de Compagnons relatées dès la fin du 18ème siècle tendent également à prouver une certaine codification des techniques (des grades de Prévôt et Maître existaient).

On retrouve l’enseignement du bâton (longueur de 1,4 m, diamètre de 1,5 à 2,5 cm et poids d’environ 450 g) dans l’armée française à l’aube du 20ème siècle (tout comme cela avait déjà été le cas pour la baïonnette. La police privilégie pour sa part une pratique savate-canne (avec les célèbres Brigades du Tigre de Clemenceau).
Après les deux grandes guerres, la pratique de la canne ou du bâton en combat a pratiquement disparue, malgré un retour de la canne en bois exotiques cette fois (ébène, macassar, amourette, citronnier…) pendant la période Art Déco.

Aujourd’hui la canne de combat ou canne d’arme ainsi que le bâton, renaissent en tant que sport de combat.

Note : Nous ne parlons pas ici des différentes pratiques régionales telles que le PenBaz, le Makhila, le Pal y Basto, le bâton provençal ou encore des efficaces méthodes de self défense en canne ou bâton.

Cette pratique très codifiée a trouvé une place dans une société qui a évoluée. Respect de l’adversaire, de l’intégrité physique, coups contrôlés, parades sécurisantes, maîtrise de l’arme dans l’espace…C’est certainement l’aspect sportif qui permettra de toucher un large public en recherche de sensations, de jeu et aussi d’esthétique.

La canne de combat, la canne d’arme, dans leur version loisir ou compétition, tout comme le bâton sont en général des disciplines associées à la Boxe Française (Fédération Française de Savate et Boxe Française et Disciplines Associées), ou encore à l’escrime (car on trouve encore la canne et le bâton lors de l’initiation ou en escrime ancienne) mais peuvent être également enseignés dans certains clubs spécialisés, ce qui est le cas à l’ASCA (membre de la fédération affinitaire UFOLEP).

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Centre de Recherche Canne et Bâton


Le Centre de Recherche sur la canne et le bâton a été créé en janvier 2010 par Frédéric Morin. La vocation de ce site web est de devenir la bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, littéraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…Plus de 1000 articles composent déjà cette bibliothèque. Aujourd’hui, ce blog est animé par Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage de Tours. Laurent contribue à la vitalité du site aidé par de nombreux contributeurs. Merci !

Ce site fonctionne en format Blog Collaboratif est entièrement bénévole et à but non lucratif. Plusieurs contributeurs participent déjà au développement du site.

Voici les derniers 20 articles publiés :

  • LE SCEPTRE DU DIABLE BEHEMOTH 24 septembre 2018
    Dans l’Apocalypse de saint Jean, au chapitre XIII, il est question de la venue, à la fin des temps, de deux bêtes. L’une vient de la mer et correspond au Léviathan de l’Ancien Testament, l’autre vient de la terre et correspond à Béhémoth. Ce dernier est décrit ainsi : « 11.Puis je vis monter de […]
  • UNE RIXE ENTRE COMPAGNONS 21 septembre 2018
    Alors même que les rixes entre compagnons ont été innombrables aux XVIIIe et XIXe siècles (jusque vers 1850), les images en sont peu fréquentes, surtout contemporaines de ces épisodes qui ont alimenté la rubrique des faits divers et donné lieu aux interventions de la police et de la Justice. L’image que nous présentons aujourd’hui nous […]
  • LE BATON DES SCHULTHEISS (PREVOTS) ALSACIENS ET ALLEMANDS 18 septembre 2018
    Mme Christine MULLER, attachée de conservation du patrimoine à Obernai (Bas-Rhin), a eu la gentillesse de nous communiquer l’article fort intéressant qu’elle a consacré aux « Sceaux de notables à Rosheim (XVIe-XVIIIe siècles », publié en 2016 dans l’Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, p. 57-78. A la fin de […]
  • CANNE EN FER 15 septembre 2018
    Les cannes en fer ont elles existé ? Logiquement, elles devaient être creuses (c’est la définition d’une canne, par rapport au bâton, qui est plein), sinon elles auraient été trop lourdes à l’usage. Mais en fer creux, elles constituaient un redoutable instrument de défense. Nous ignorons s’il en existe chez les collectionneurs. En tout cas, […]
  • UNE CANNE NE FAIT PAS TOUT 12 septembre 2018
    Les thèmes des anciennes cartes postales sont souvent singuliers. A qui s’adressait celle-ci ? qui s’identifiait au personnage représenté ? à qui était-elle destinée ? Elle nous montre un homme élégant, à fine moustache, en costume, chapeau sur la tête, un monocle sur l’œil, des gants aux mains, une cravate et un faux col rigide. […]
  • LA CROSSE ET LE BOURDON A VIMENET (12) 9 septembre 2018
    Notre ami René Teulet a eu la gentillesse de nous adresser une photo du retable de l’église Saint-Julien à Vimenet (Aveyron). Cette église est dédiée à saint Julien de Brioude (Ive siècle), soldat romain converti au christianisme et martyr, comme l’indique une plaque à l’extérieur de l’édifice. L’église date des XIVe-XVe siècles, avec des parties […]
  • Différentes illustrations autour de la canne et du bâton 6 septembre 2018
    Bonjour, voici une sympathique contribution de Zoran Marjanovic, que nous remercions, avec différentes illustrations. « La canne et du baton dans l’ Illustration, en passant par Jean Valjeant de Emile Bayard à Javer de Fortuné Méaulle ( Les Misérables bien sur), par Hal Foster ou encore Louis Rhead sans oublier Pierre Joubert, avec bien sûr une […]
  • LE BATON DE L’AMIRAL DUPERRE A LA ROCHELLE 3 septembre 2018
    Après Richelieu au siège de La Rochelle, restons dans cette belle cité pour observer la statue de l’amiral DUPPERE. Sur le socle, on lit sur une plaque : « Duperré Victor Guy. Né à La Rochelle le 20 février 1775. Mousse, capitaine, amiral. Coule si tu peux, je n’amène pas. Feu partout. Combat de la […]
  • LA STATUE DE RICHELIEU A AMBOISE 31 août 2018
    Dans la série des statues de personnages représentés une canne ou un bâton à la main figure celle du cardinal de Richelieu (1585-1642). Elle se trouve sur la place du même nom, à Amboise (Indre-et-Loire), et est l’œuvre du sculpteur Henri ALLOUARD (1844-1929). Son « Richelieu à La Rochelle » fut présenté au Salon de […]
  • PAUSE ESTIVALE 15 juillet 2018
    Chers lecteurs et contributeurs, Nous prenons quelques semaines de pause en vous donnant rendez-vous fin août pour de nouvelles publications. Pour tout renseignement ou si vous souhaitez nous proposer des articles, vous pouvez écrire à l’adresse contact@crcb.org ! Frédéric Morin
  • LE BATON DE TCHOUANG-TSEU 12 juillet 2018
    Les saints et sages de toutes les civilisations sont toujours représentés un bâton à la main. La gravure ci-jointe représente Tchouang-tseu, grande figure du taoïsme qui vécut (si son existence est bien réelle) durant la deuxième moitié du IVe siècle avant J.-C. Philosophe, poète, métaphysicien, il est considéré comme l’un des grands penseurs taoïstes et [.. […]
  • BATONS DES JONGLEURS CHINOIS AUX XVIIe ET XVIIIe SIECLES 9 juillet 2018
    L’art du jonglage (on devrait dire « jonglerie ») est très ancien. Il se décline en plusieurs spécialités et il nous intéresse dans sa relation avec le bâton. Nous l’avons évoqué par l’article Les tours de Paul Cinquevalli, qui fut l’un des artistes les plus renommés de la fin du XIXe siècle. Cet art, qui […]
  • L’EVEQUE WULSTAN FAIT DE LA RESISTANCE AVEC SON BATON 6 juillet 2018
    La conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, et son accession au trône en 1066 sous le nom de Guillaume Ier, entraînèrent une profonde transformation des institutions anglo-saxonnes. Les évêques, nommés par le pouvoir royal, furent démis de leurs fonctions les uns après les autres. Sauf un : Wulfstan, évêque de Worcester. Il témoigna […]
  • LA PLUS ANCIENNE IMAGE DE RIXE DE COMPAGNONS (1699) 3 juillet 2018
    Alors que les rixes entre sociétés compagnonniques rivales ou irrégulières sont connues dès le XVIIe siècle au moins, et que les archives policières et judiciaires renferment des centaines de dossiers à ce sujet jusqu’au milieu du XIXe siècle, leurs représentations par l’image sont rares. Ce n’est pas le pan d’histoire le plus glorieux du Compagnonnage […]
  • BATON POUR RECOLTER LES FRUITS EN SUISSE 30 juin 2018
    Gauler des fruits, c’est les faire tomber au sol en frappant les branches où ils sont accrochés. On utilise pour ce faire un long bâton, une gaule. Nous avons déjà évoqué l’emploi de ce bâton dans l’article : La gaule à abattre les pommes, noix, châtaignes et amandes. En voici une autre illustration, extraite du […]

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)

Brevet de Maître


Crédits photo ASCA

Brevet de Maître Bâtonniste :

Ce magnifique brevet de Maître de bâton, délivré à LOUIS BEYNAT, à Bordeaux, le 26 mars 1825 est un dépôt du Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris au Musée du Compagnonnage de Tours.

Il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et gouache par LECLAIR, « piqueur » (cad, employé des Ponts et Chaussées) de Bordeaux. Leclair était le peintre des tableaux – souvenirs destinés aux Compagnons.

Une magnifique reproduction a été offerte aux membres de l’ASCA, par Monsieur Laurent Bastard, directeur du Musée du Compagnonnage, lors de la soirée-conférence du jeudi 29 mai 2008, pour fêter les 40 ans du Musée.

Encore Merci.

FM

Posted in Centre de RechercheComments (0)

Musée du Compagnonnage – Compléments d’informations


Pour les amoureux de notre patrimoine, voici quelques informations complémentaires communiquées par Monsieur Bastard (directeur du Musée).

VILLE DE TOURS Musée du Compagnonnage

Histoire, Coutumes, Chefs-d’œuvre et Outils des Compagnons du Tour de France

Tél. 02.47.61.07.93 Fax 02.47.21.68.90

museecompagnonnage@ville-tours.fr

 

Posted in Centre de Recherche, DiversComments (0)


advert

Présentation ASCA Paris – Le Monde.fr

Film réalisé par Florent Bouteiller, pour Le Monde.fr

QUAND PRATIQUER ? OU PRATIQUER ?

CANNE de COMBAT
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~
TECHNIQUE d’ASSAUT (canne et bâton)
———————————
– Vendredi 20h30–22H30 : Gymnase Cour des Lions
~
BATON FRANCAIS
———————————
– Lundi 18H30–20H00 : Gymnase Cour des Lions
~
– Lundi 20H00–21H30 : Gymnase Cour des Lions
~
– Samedi 9H30–11H00 : Gymnase Georges Rigal
~

Stages de CANNE FOUET
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)
~

Stages de CANNE CROSSE
———————————
– Dès novembre 2018  – Gymnase Cour des Lions (membres uniquement)

Tous les renseignements sont ici

Evénements

  • Sam 13/10/2018: Participation au Festival des Arts Martiaux du 17ème